Pil' poils

Le rendez-vous des amoureux des animaux!

 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Manière inadmissible de traiter les chiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Babs
Babs-Modo
Babs-Modo
avatar

Féminin Nombre de messages : 10447
Age : 40
Localisation : Monthey, Suisse
Date d'inscription : 18/09/2006

MessageSujet: Manière inadmissible de traiter les chiens   Jeu 5 Juil - 21:38:12

– explication des notions

- Il est interdit de traiter les chiens avec une dureté excessive, de tirer des coups de feu pour les punir et d’utiliser des colliers à pointes (art. 34, 1er al., OPAn).
- L’utilisation de moyens auxiliaires ne doit pas faire subir à ’animal des blessures, des douleurs importantes ou de fortes irritations, ni le mettre dans un état de grave anxiété (art. 34, 2e al., OPAn).

1 Manière de traiter les chiens
Par manière de traiter les chiens on entend toutes les interactions entre des personnes et des chiens, qu’il y ait une relation de propriété entre la personne et le chien ou qu’il s’agisse du chien
d'un tiers. On citera par exemple: les ordres éducatifs, l’influence exercée sur le comportement et la correction des modes de comportement non souhaitables, l'apprentissage pour l’utilisation dans le sport et au travail (chiens policiers, chiens d’aveugles, chiens de chasse, etc.), moyens de défense contre les chiens à distance.

2 Dureté excessive
Par dureté on entend des interventions d’ordre physique exercées sur le chien, p. ex. tirer sur la laisse ou la tirer brusquement, saisir le chien par le pelage, le secouer en le tenant par la peau, le
frapper, lui donner un coup de pied, etc. Des interventions physiques de ce type en rapport direct avec le comportement inadéquat, peuvent être parfois nécessaires pour sanctionner ce comportement et empêcher qu’il ne se reproduise. Néanmoins, il y a lieu de les utiliser de manière appropriée en tenant compte de la situation et de la sensibilité individuelle du chien.

3 - Frapper le chien avec unobjet dur
(mousqueton de la laisse, bâton, fouet ou chaîne p. ex.), le frapper ou lui donner des coups de pieds sans but ne sont pas des interventions appropriées.
On considère les interventions physiques comme excessives lorsque:
a. leur intensité n’est pas proportionnée à la situation et/ou à la sensibilité du chien;
b. elles ne sont pas en rapport direct avec le comportement inadéquat à corriger;
c. elles sont utilisées dans des situations où aucune correction du comportement ne s'impose.
Il y a lieu par principe de corriger les animaux immédiatement après l’apparition du comportement indésirable. Des “punitions” appliquées longtemps après de tels comportements sont également
”excessives”, puisque le chien n’est pas en mesure d’établir un lien entre son comportement et la punition.
Lorsqu’un chien n’exécute pas ou exécute de manière incomplète ou fausse un comportement qu’on lui a appris, il ne s’agit pas d’un “comportement indésirable” puisque p. ex. des consignes inadéquates de l’homme peuvent en être la cause. Pour corriger le comportement, il s’agit de répéter adéquatement la séquence de dressage et non de “punir” le chien.

4 - Coups de feu tirés pour punir les chiens
Des coups de feu tirés à distance avec des armes de petit calibre ou des fusils à grenaille, interdits aujourd'hui, étaient utilisés autrefois pour punir le chien d’un comportement inadéquat, quand bien
même cette méthode n’a aucune valeur éducative. Elle a été de moins en moins utilisée lorsque sont apparus les appareils qui émettent des signaux électriques et/ou sonores (appareils « Tele-
Takt »). Après l’interdiction de ces derniers, il y a lieu de trouver de nouvelles voies pour le dressage des chiens de chasse.

4 Colliers à pointes
Les colliers à pointes sont interdits, que les éléments dont ils sont munis soient pointus ou émoussés, car ils provoquent des contusions ou des blessures au chien. Alors que certains pincent et contusionnent la peau, causant des douleurs durables sans la perforer, d'autres, dont les pointes sont affûtées par les détenteurs, causent des douleurs aiguës suivies de symptômes d’infections.

5 Utilisation de moyens auxiliaires
On entend par moyens auxiliaires tout objet utilisé dans l'interaction avec des chiens. Il peut s’agir de toutes les formes de laisses, de colliers, licous du type "Halti", cordons, ficelles servant à attacher
et à guider les chiens, proies, objets à rapporter, bourrelets à mordre, manches de protection, costumes d'attaque, obstacles, bâtons, cravaches, baguettes, chaînes à lancer, etc.
Les dommages causés par une utilisation inappropriée ou inadéquate ne sont pas forcément des blessures évidentes et faciles à constater. A titre d’exemple : le revêtement inapproprié d’un obstacle que le chien doit franchir peut provoquer une abrasion excessive de la peau après plusieurs passages seulement.
Le comportement normal sert de référence pour déterminer dans quel cas les douleurs doivent être considérées comme importantes. Il arrive aussi que les chiens se causent des douleurs entre eux
lors de querelles sociales. La douleur est inférée de la réaction de l’animal (expression de douleur, comportements de soumission, d’apaisement, d’évitement, de fuite). Comme l’utilisation de moyens auxiliaires peut être désagréable, incommodante ou douloureuse pour le chien, il y a lieu d’en réduire le plus possible la durée. Des douleurs importantes lui sont causées lorsque la durée du stimulus douloureux est excessive et persistante ou lorsque le stimulus lui-même est excessif.
L’animal montre alors des réactions de défense, d’évitement et de fuite dans des situations semblables ou par rapport à certains objets ou certaines personnes (voir anxiété).
Par fortes irritations il faut entendre toutes les interventions qui visent une augmentation de l’agressivité chez l’animal. C’est le cas notamment lorsque le chien est harcelé ou menacé dans une
situation ou l’évitement est impossible. Exemples: mettre le chien dans une caisse et frapper sur celle-ci; exciter le chien avec une manche de protection lorsqu’il est attaché à une laisse courte
l’empêchant à la fois de l'attraper et de l'éviter; exciter le chien en le touchant avec des objets dans un espace exigu ou lorsqu’il est retenu par une laisse courte.
On constate chez le chien une anxiété grave conduisant à un état de souffrance lors de l’utilisation inappropriée et durable de divers moyens auxiliaires. On observe un comportement de fuite,
d’évitement, voire d’agression lorsque se répètent les mêmes situations ou des situations semblables.
Mais le chien peut aussi en arriver à être dans un grand désarroi lorsqu’il ne parvient pas à maîtriser le conflit. Exemples: à plusieurs reprises le chien exécute incorrectement l’ordre “au pied!”
et est puni avec une dureté excessive à chaque fois. Le chien est mis dans un état d’anxiété grave lorsqu’il se retrouve dans cette situation. Autre exemple: lors d’une traction forte et durable sur la
laisse, le collier étrangleur peut empêcher la respiration du chien et causer une panique persistante
chez lui.
III Interdiction de principe de l’utilisation d’appareils électrisants, émettant dessignaux sonores ou agissant à l’aide de substances chimiques
L’utilisation d’appareils électrisants, émettant des signaux sonores ou agissant à l’aide de substances chimiques est interdite; l’utilisation appropriée de systèmes de clôture et celle de
sifflets de dressage sont réservées (art. 34, 3e alinéa, OPAn).
6 Description des appareils L’utilisation d’appareils électrisants est interdite indépendamment de l’intensité du choc électrique
donné. L’interdiction ne concerne pas seulement les appareils fixés au collier du chien, tels que le “Tele-Takt”, “The Companion 500 T ou 100 T”, mais aussi ce qu’il est convenu d’appeler les “Jump-
Bars” électrisants ou les manches de protection électrisantes.

- 5 -Les appareils qui émettent des signaux sonores sous une forme ou sous une autre sont interdits
également. Il est indifférent que le signal acoustique soit audible ou qu’il entre dans le domaine des ultrasons ou encore que le chien porte l’appareil correspondant autour du cou ou qu’il soit aux mains
d’une personne (“Dazer” p. ex.).
Les appareils qui agissent à l’aide de substances chimiques sont interdits eux aussi car la substance chimique adhère au pelage de l’animal même après disparition du stimulus déclenchant, de
sorte que l’odeur incommodante n’a plus de lien avec le stimulus d’origine et devient incompréhensible au chien. Les chiens subissent alors un conflit entre deux modes de comportements contradictoires
et montrent parfois des réactions de panique. Cela concerne p. ex. l’appareil “ABOISTOP" avec de l’essence de mélisse.

7 Dérogations à l’interdiction
L’utilisation des sifflets de dressage est devenue rare de nos jours. En émettant des ultrasons, ces sifflets donnent à l’animal un signal acoustique anodin auquel il a appris à réagir. Tout aussi anodin
est le système “Tweet” doublant l’utilisation de la laisse d'un signal sonore lorsqu’on tire sur elle. La dérogation pour les sifflets de dressage peut être étendue à ce système.
Les appareils "ABOISTOP" visent essentiellement à déshabituer le chien d’aboyer de manière dérangeante, p. ex. lorsqu’il se trouve seul à la maison. Dans la mesure où le système sert à éliminer
un comportement lié à l'anxiété de la séparation, ce correctif devrait à vrai dire être rejeté.
L’appareil consiste en une petite boîte fixée sur le collier munie d’un capteur sonore et d’un réservoir. Lorsque le chien aboie, le liquide, généralement mélangé à une essence, est expulsé du
réservoir et incommode l’odorat du chien. Lorsque les “ABOISTOP” ou des appareils comparables fonctionnent à l’aide d’eau ou d’air comprimé, on peut les tolérer à titre de solution de compromis,
puisque l’eau et l’air – contrairement aux autres substances chimiques utilisées – n’ont pas d’effets durables et ne créent donc pas de conflit entre des modes de comportements contradictoires chez le chien.
Le recours à des systèmes de clôture visibles et invisibles émettant des impulsions électriques est explicitement mentionné dans les dérogations, car ce système est défendable lorsque son
utilisation est appropriée. Cependant l’animal doit y être minutieusement habitué. Avant qu’interviennent les impulsions électriques, un signal acoustique doit lui être donné à temps pour
qu’il puisse apprendre le comportement d’évitement correct. Il existe des systèmes de clôture qui agissent sur le chien à l’aide de stimuli chimiques (p. ex. l’essence de mélisse) à la place des stimuli électrisants. Ces systèmes de clôture ne sont pas admissibles, car de par l’effet durable de la substance, ils ne peuvent être utilisés de manière appropriée.
Les systèmes de clôture invisibles ne sont conformes à la protection des animaux que s’ils
répondent à de nombreuses exigences techniques de sécurité (conception et mode de
fonctionnement, intensité du courant, signal acoustique d’avertissement). Pour garantir une
utilisation appropriée d’appareils correctement équipés du point de vue technique, les fabricants ou
les distributeurs de ces systèmes de clôture sont tenus de remettre à l’acheteur des instructions
écrites détaillées. Ces dernières doivent donner des indications pour l’installation des appareils
(surfaces minimales, mise à profit des limites naturelles de la zone) et pour leur utilisation (tests de
fonctionnement, dangers causés par d’autres animaux). Il n’y a pas lieu de dresser une liste des
- 6 -
appareils techniquement conformes, puisqu’un tel inventaire ne serait que le reflet d’une situation
momentanée et serait vite périmé. On trouvera aux annexes I et II des indications détaillées quant
aux exigences techniques de ces systèmes et quant à la mise en place des phases d’habituation.
IV Conditions d’une autorisation exceptionnelle pour utiliser des appareils
électrisants, émettant des signaux sonores ou agissant à l’aide de
substances chimiques
Sur demande, l’autorité cantonale peut autoriser les personnes justifiant des capacités requises à utiliser
exceptionnellement les appareils visés au 3e alinéa à des fins thérapeutiques (art. 34, 4e al.
OPAn).
L’utilisation d’appareils d'entraînement électrisants qui fonctionnent par téléguidage électronique en soumettant
l’animal sans préparation à des stimuli punitifs, généralement d’une forte intensité, est
extrêmement problématique. Néanmoins de tels appareils sont souvent utilisés dans la pratique. Dans ces
cas, le dressage progressif des animaux n’est pas possible et le dressage aux comportements désirables
n’est pas garanti. Les stimuli punitifs ne font qu’inhiber l’apparition des comportements indésirables.
Exposé à un afflux important de stimuli négatifs sans que des alternatives de comportements positifs ne
lui soient proposées, le chien est surmené dans ses capacités d’adaptation, ce qui se traduit par une
anxiété qu’on ne doit pas lui imposer (cette anxiété est perceptible à son comportement dans la situation).
Il n’en reste pas moins que la stimulation électrisante ou acoustique peut être appliquée conformément
aux prescriptions de la protection des animaux dans un processus thérapeutique, lorsque le stimulus est
très faible et perçu par l’animal de manière peu désagréable ou lorsque l’animal, à la faveur d’un
processus d’habituation progressif, ne ressent plus une stimulation plus forte comme désagréable (ce qui
se voit aux réactions de l’animal dans cette situation). Il est essentiel en l’occurrence que la stimulation soit
annoncée au chien (p. ex. par un signal acoustique téléguidé électroniquement ou par un appel) de sorte
qu’il ait la possibilité de mettre fin à l’action du stimulus ou de l’éviter en exécutant le comportement désiré
(maîtrise des stimulus). Cela permet d’éviter à l’animal une anxiété inacceptable ou insupportable
(perceptible à son comportement dans la situation).
Les appareils électrisants ou agissant à l'aide de signaux acoustiques peuvent donc être utilisés de telle
manière que la protection des animaux soit respectée. Mais ces appareils doivent être exclusivement utilisés
par des spécialistes en la matière, susceptibles de justifier les connaissances théoriques et méthodologiques
requises; ils doivent être employés pour l'éducation de sécurité (et non pour l’entraînement de
correction).
8 Dépôt des demandes
En principe aucun spécialiste, quelles que soient les capacités qu’il peut justifier, ne peut utiliser les
appareils interdits en vertu de l’article 34, 3e alinéa, OPAn. Les personnes qui souhaitent une autori-
7 -
sation exceptionnelle pour utiliser de tels appareils doivent d’abord déposer une demande auprès de
l’autorité cantonale compétente. Cette demande comportera les points suivants:
a. nom et adresse;
b. formation et expérience en matière d'éducation et de dressage des chiens (joindre pièces justificatives,
certificats, etc.)
c. présentation détaillée des motifs qui justifient la demande;
d. indications relatives aux appareils qui doivent être utilisés;
e. indications relatives aux propres chiens du requérant;
f. mention de la langue officielle dans laquelle il conviendra de faire passer le test.


:merci: à Ourse de m'avoir autorisée de prendre ce texte du site de la spane

***********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ourse
Papillon
Papillon
avatar

Féminin Nombre de messages : 210
Age : 63
Localisation : Neuchâtel
Emploi : secrétaire comptable
Loisirs : animaux, internet, gestion de sites WEB
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: Manière inadmissible de traiter les chiens   Ven 6 Juil - 6:57:53

Babs a écrit:


:merci: à Ourse de m'avoir autorisée de prendre ce texte du site de la spane





euhh.. comme je t'avais dit, c'est d'abord Nako, qui n'est pas sur ce
forum
je crois mais bien connue ailleurs, Nako donc qui l'avait mis sur un
autre forum et m'a autorisée à le prendre pour le nôtre... :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.spane.ch
 
Manière inadmissible de traiter les chiens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 59 - Croisé Griffon x Labrador 1 an - LPA Lille - Nord
» aide vermifugation
» Drôle de manière pour un chien^^
» Loi sur les chiens de grandes tailles en Suisse: inadmissible
» TRAITER LES PUCES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pil' poils :: LE COIN DES ANIMAUX :: PRÉVENTION POUR NOS ANIMAUX :: Droits des animaux-
Sauter vers: